Plus jeune que notre planète terre (4.5 milliards d'années), les diamants se sont formés dans le manteau terrestre il y a environ 3.5 milliards d'années. Mais si l'Homme s'intéresse à ses propriétés exceptionnelles depuis à peu près deux millénaires, l'exploitation du diamant a débuté il y a environ 150 ans, en Inde puis au Brésil. Bien que répartis inégalement sur l'ensemble de la planête, de nombreux autres gisements diamantifères, tout aussi spectaculaires, ont par la suite été mis à jour sur différentes parties du globe notamment en Russie, au Canada, et en Australie.     

Les mines africaines 

C'est essentiellement sur le continent africain, et plus précisément en Afrique du Sud (région de Kimberley), en Angola, au Bostwana, en République Démocratique du Congo et en Namibie qu'a été extraite plus de la moitié des diamants du monde. L'extraction du diamant telle que nous la concevons aujourd'hui commença réellement suite à la découverte en Afrique du Sud du diamant Eurêka, en 1867. Plusieurs autres diamants furent ensuite découverts. Ce fut alors le début d'une véritable ruée vers le diamant et notamment l'inauguration de la première mine souterraine officielle de diamants africaine: la Mine Kimberley (ou Big Hole). Un incroyable cratère à ciel ouvert de 460 mètres de large et 240 mètres de profondeur creusé par la main de l'homme !Un temps propriété de la compagnie De Beers (leader sud-africain dans l'exploitation du diamant), elle fut revendue à Petra Diamonds. La mine n'est désormais plus exploitée aujourd'hui.

D'autres mines africaines ont par la suite fait parler d'elles grâce à leur impressionnant palmarés.  

  • également en Afrique du Sud près de Prétoria, la mine Premier (rebaptisée Mine Cullinan en 2003 à l'occasion de la célébration de son centenaire) dont fut extrait le plus gros diamant du monde : le Cullinan.  
  • la mine souterraine de Jwaneng : au Bostwana, propriété de la compagnie Debswana (Etat du Botswana et De Beers). Exploitée depuis 1982, cette mine aux dimensions pharaoniques est considérée par beaucoup comme étant la mine la plus riche du monde.  

Les mines russes

  • Mine de Mir ou Mirny : si toutes les mines à ciel ouvert sont impressionnantes, la mine de Mir, propriété de la compagnie Alrosa, fait partie des plus époustouflantes.

Située en Sibérie, à quelques kilomètres du cercle polaire arctique, son exploitation débute en 1956 dans des conditions climatiques extrêmes et défavorables. Et pourtant, quelques années plus tard, les chiffres donnent le vertige : 525 m de profondeur, 1200 m de diamètre, 25% de la production mondiale de diamants.    

  • Mine de Popigaï: découverte il y a plus de 40 ans, la présence de cette mine aux confins de la Sibérie est classée secret défense jusqu'en 2012, date à laquelle son existence est portée à la connaissance du public par l'Institut de Géologie de Novosibirsk en Russie.

Située au coeur d'un cratère de plusieurs kilomètres (causé par la chute d'une météorité il y a plus de 3 milliards d'années), cette mine divise les experts quant à l'importance de son gisement.

Certains avancent le chiffre d'une réserve 10 000 fois supérieure à la réserve mondiale qui vient totalement bouleverser le marché du diamant. D'autres, en apportant des précisions de taille sur cette révélation, tempérent quelque peu l'euphorie naissante autour de cette mine. Le chiffre précité est d'une part largement revu à la baisse, d'autre part, s'agissant de diamants industriels, de petite taille dont la valeur est 5 fois inférieure à celle du diamant de bijouterie, il apparaît que le coût d'exploitation de cette mine (compte tenu de sa situation géographique) rend l'opération peu fructueuse.  

Les mines canadiennes 

Elles sont très récentes puisque la découverte de gisements de diamants au Canada ne date que des années 90. Comme dans tous les pays du monde, l'exploration de cette zone prometteuse, située au Nord-Ouest du Canada, engendra un enthousiasme certain d'autant plus que les diamants qu'elle renferme sont réputés être de grande qualité. Les deux principales mines sont Diavik et Ekati. La mine à ciel ouvert d'Ekati, exploitée depuis 1998, est la première mine de diamants officielle du Canada. Harry Winston (DDC), celèbre homme d'affaires spécialisé dans le négociation du diamant, devient propriétaire de la mine en 2012 pour la coquette somme de 500 millions de dollars. La mine de Diavik a elle été découverte en 1993 mais n'est exploitée que depuis 2003. Située tout près d'Ekati, elle est la propriété de DDC et de Rio Tinto. Le Canada est désormais classé 3ème pays producteur de diamants au monde. 

La mine australienne

Il s'agit de la mine d'Argyle située au nord de l'Australie et appartenant au groupe anglo-australien Rio Tinto. Le gisement d'Argyle est très important en termes de quantité mais malheureusement beaucoup moins en terme de qualité. L'immense majorité de ses réserves concerne le domaine de l'industrie et n'a pas vocation à être utilisé en bijouterie. La particularité de cette mine, dont le début d'exploitation remonte à 1985, est sa forte production de pierres de couleur et notamment de diamants roses et rouges. L'"Argyle Pink Jubilee", un fabuleux diamant brut rose de presque 13 carats en a été extrait en 2012.