La photographie est un art, personne n'en doute. Plus qu'une image, une photo réussie retrace un univers, une ambiance, capte l'attention et réussit ou non le pari de transporter le lecteur, l'espace d'un instant, dans un autre monde. Mais nous sommes tous constamment sollicités par ces visuels que nous subissons pour la plupart et que notre cerveau a pris l'habitude de trier très rapidement. Il faut donc être ultra performant pour procurer en une fraction de seconde une émotion qui donnera au lecteur l'envie de s'attarder sur cette représentation et de la retenir.

En joaillerie, toute la difficulté réside dans la complexité de certains bijoux. Mais même ceux qui paraissent simples dans leur compréhension, comme un solitaire, se révèle être un casse-tête car on doit tout à la fois percevoir : les contours d'une pierre, la finesse d'une monture, la beauté d'un sertissage en 1 voire 2 photos au maximum sans perte d'informations. Le premier challenge est donc d'obtenir une représentation fidèle du bijou dans tous ses éléments techniques mais il est aussi bien entendu fondamental que le bijou apparaisse tel qu'il est dans la réalité, avec toute sa pureté et sa flamboyance.   

Un bijou dépourvu de toute imperfection

Le bijou ne doit révéler strictement aucun défaut, aucune rayure, aucune poussière, rien ne doit altérer la qualité de l'image. En effet, d'une part, toute imperfection aussi minime soit-elle sera visible sur la photo, d'autre part, leur présence nuira de façon certaine à la brillance du produit. Ce sont de petits objets que l'on va photographier en mode "macro" pour absolument tout voir dans les moindres détails alors un nettoyage minutieux s'impose ! 

Pensez que lorsqu'un bijou est porté, les mouvements contribuent à faire étinceler la pierre et le métal en proposant toujours au soleil ou à la lumière une facette sur laquelle se reflêter. La lumière (naturelle ou artificielle) se reflêtant sur toutes les facettes en fonction de l'orientation de la pierre, qu'importe alors s'il n'est pas impeccablement propre.

A contrario, une photo capture un moment et un angle précis. Si la lumière tente de percer une facette d'un diamant qui sera recouverte de salissure, vous obtiendrez une photo de médiocre qualité. 

Bien entendu, des retouches sont possibles mais malgré les performances des derniers logiciels de retouches, on ne parvient pas systématiquement à gommer le défaut de façon convenable. L'objectif de base est donc d'avoir à n'en faire que très peu. Le rendu final dépend donc largement de la qualité du cliché de base.   

La lumière

C'est l'Elément fondamental à maîtriser impérativement d'autant plus si l'on ambitionne de donner un univers, une ambiance particulière à une photo. Mais attention car autant la lumière a la capacité de sublimer une image en lui offrant tout ce dont elle a besoin pour être parfaite mais elle peut aussi gâcher complêtement un cliché si elle n'est pas correctement utilisée. Lumière naturelle ou studio photo, l'essentiel est de trouver un endroit où l'on pourra gérer de la façon la plus précise possible la lumière. Différents paramètres fondamentaux doivent donc être connus pour faire de la lumière un allié de choix dans vos projets artistiques.  

Le premier critère sur lequel il faudra sérieusement se pencher est l'intensité de la lumière. Il est bien entendu nécessaire que le bijou soit bien éclairé voire très bien éclairé afin de lui conférer un aspect net. Rien ne doit échapper à l'oeil du lecteur, tout doit être perceptible rapidement et tout doit être propre. Le flou n'est pas tolérable (à moins que ce que ce soit un effet de style recherché ce qui est plutôt déconseillé pour un bijou). Cependant, et c'est bien là tout le problème en photographie où tout est dans la nuance, un bijou trop éclairé peut aussi révéler des défauts qui risquent d'être fastidieux à rattraper par la suite même avec un excellent logiciel de retouches.     

Une fois l'intensité de la lumière mise au point il s'agira de définir quelle sera sa qualité et éventuellement sa température. Par qualité de la lumière on entend sa douceur ou bien sa dureté. Une lumière douce étant le résultat d'une lumière diffuse provenant d'une grande source de lumière proche de l'objet à photographier. Une lumière dure sera non diffuse et proviendra d'une petite source de lumière éloignée.

Par la suite, il sera nécessaire de déterminer s'il est préférable de photographier son bijou dans un lieu où la température de la lumière sera plutôt chaude (une soirée d'été) ou froide (un matin blanc d'hiver) pour faire ressortir la beauté de la pièce joaillière. C'est l'échelle de Kelvin qui met en place une graduation allant du rouge au bleu en passant par le orange, le jaune et le blanc.  

La direction de la lumière ne doit pas non plus être négligée notamment parce qu'elle va conditionner la présence ou non des fameuses ombres et des reflets que l'on redoute car ils viennent fortement altérer la qualité de l'image s'ils sont omniprésents. On choisira alors de préférence une lumière unidirectionnelle qui viendra soit de côté, soit de face, de l'avant, de l'arrière ou du dessus en fonction de la mise en scène pour laquelle on a opté.

Idéalement, en joaillerie, une belle photo sera obtenue grâce à l'aide d'une lumière douce et constante. Une température plutôt froide a également la préférence des professionnels du métier. Cependant, il n'y a pas de règle, et c'est tout l'intêret de cet art, tout le monde s'accorde à dire que c'est avant tout le ton donné à une image par un photographe talentueux qui fera toute la différence.   

Les ombres et les reflets

Devront être gérés avec beaucoup de soins car ils sont indispensables à la brillance et à l'éclat du bijou mais peuvent aussi constituer un véritable travail de forçat lorsqu'il s'agira de les supprimer individuellement d'autant plus si votre shooting a porté sur de nombreuses pièces. Forcément il y aura des ombres et des reflets même avec un arrière plan ultra-épuré et une surface parfaitement plane. Ici encore à vous de trouver le bon angle, en n'oubliant pas que l'or va refléter tout ce qui se trouve autour de lui.  

En conclusion 

Il convient de ne pas perdre de vue son objectif premier. Soit l'on souhaite sublimer un bijou dans un thème, le placer dans un écrin, une ambiance censée provoquer une émotion chez le lecteur sans forcément montrer une image exhaustive du bijou et dans ce cas on peut s'autoriser toutes les fantaisies. Soit au contraire on souhaite fournir un maximum d'informations en une seule image souvent à des fins commerciales. Dans cette dernière hypothèse on préférera la sobriété tant au niveau du fond (le blanc restera la couleur de prédilection en matière de bijoux) que des accessoires utilisés pour les présenter (peu ou pas de support) ou bien dans les jeux de lumières. L'idéal étant bien entendu de réussir le challenge d'obtenir les deux effets en un seul fabuleux cliché.